Dans un splendide jardin riche en diverses varietés de plantes et de fleurs, une magnifique rose se miroitait dans un étang habité de petits poissons et de quelques grenouilles. La rose était sublime : tige longue, pétales épaisses et lucides… une merveille de la création !

Toutes les autres plantes reconnaissaient que c’était une rose hors du commun et les abeilles et les oiseaux passant à côté, restaient stupéfaits en la voyant. La rose avait tant d’amis dans le jardin, mais en particulier une qui lui était toujours proche, c’était une petite grenouille. La grenouille était, comme les autres animaux, fascinée par cette rose et flattée de l’amitié qu’elle lui accordait. Ainsi, avec une sincère affection, elle restait à ses côtés, elles se racontaient des histoires drôles, la mettant à l’abri de la pluie les jours de tempête et de la chaleur du soleil les jours d’été.

On pourrait affirmer que la grenouille est une amie sincère, présente et fidèle en tous temps.

Toutefois, à force de se miroiter dans l’étang, la rose constata comme elle était très belle et, malheureusement, se fit aussi influencer par les abeilles qui lui suggérèrent de ne pas fréquenter la grenouille, pourtant si gentille, mais laide, comme toutes les autres grenouilles.

La rose était convaincue. Les abeilles avaient définitivement raison. Elle décida donc un jour de chasser de l’étang la grenouille, car sa vue lui était devenue carrément insupportable. La grenouille blessée et affligée, n’osa proférer aucune parole et ainsi, avec le cœur humilié, elle réuni ses petites affaires et s’en alla à la recherche d’un autre refuge.

Des mois passèrent. La grenouille trouva une étendue d’eau et réussi à se lier d’amitié avec les habitants du nouveau jardin. Elle avait trouvé une nouvelle maison et un environnement favorable. Elle était donc heureuse.

Toutefois, le souvenir de son passé demeurait dans son cœur. Elle décida alors un jour de rendre visite à son ancien point d’eau, juste pour saluer les anciennes amies et voir comment allait la rose, sans se faire remarquer. Arrivée au jardin, elle fut choquée à la vue de la rose… elle était devenue méconnaissable !

La rose était fanée, elle avait perdu beaucoup de pétales, la tige était courbée et sa couleur pâle. Affligée de voir cela, la grenouille ne put plus rester cachée et courut auprès de la rose lui demandant ce qui lui était arrivé. La rose, devenue rouge de honte, lui confessa que depuis que la grenouille s’en était allée, des insectes dévoreurs l’avaient attaquée, mettant fin à sa splendeur.

En effet, tant que la grenouille était à ses côtés, c’était elle qui mangeait les insectes et les fourmis qui voulaient l’attaquer. La grenouille était attentive au moindre  besoin de son amie et, en effet, elle faisait tout son possible pour neutraliser les éventuelles menaces à son égard.

La rose ne s’en était pas rendu compte. Elle n’avait pu estimer combien était précieuse la présence de la grenouille. Sa valeur était incomparable. L’avoir méprisée lui fut fatal.

Quel était donc le secret de beauté de la rose ? La présence de la grenouille…

Mes amis, il ne nous reste plus qu’à réfléchir à la fin de l’histoire de la rose et de la grenouille.

D’autre part, le prophète Esaïe nous invite à le faire en lisant le chapitre 35, au verset 1 : « Le désert et le pays aride se réjouiront ; la solitude s’égaiera, et fleurira comme un narcisse ;  elle se couvrira de fleurs, et tressaillira de joie, avec chants d’allégresse et cris de triomphe »

Tiré d’un feuillet du calendrier chrétien